Menu
Connexion
Retour aux articles


Peut on arbitrer 2 indices et préférer une stratégie en particulier sur tel indice plutôt que tel autre ?


C'est ce que je cherche en permanence dans l'établissement des plans de trading et le suivi live des stratégies intraday .


En effet , peut-on concevoir dans un mouvement sur 2 indices proches (on prendra le CAC et le DAX) une performance identique et régulière ?


Je vous ai pris en exemples les évolutions du CAC et du DAX depuis le 10 Novembre . On avait atteint en effet sitôt l'élection de Donald Trump des plus hauts : 10800 et 4607.


Depuis cette date on a pu mettre en évidence 3 phases principales où les 2 indices n'ont pas exactement évolué de la même manière :


Phase 1 : le CAC consolide jusqu'au 2 décembre de 4607 à 4490 , soit une baisse de 2.53% . Le DAX quant à lui a baissé de 10800 à 10400 soit -3.7%


Phase 2 : les 2 indices reviennent une dernière fois sur ces derniers plus hauts : le CAC passe ainsi de 4490 à 4606 soit 2.60% et le DAX revient de 10400 à 10740 soit 3.3 %


Phase 3 : Enfin les 2 indices cassent leur résistance de LT et affichent là aussi des performances différentes au final : DAX de 10400 à 11230 soit 8% quand au CAC de 4490 à 4780 6.45%



En poursuivant cet article , vous découvrirez comment on peut mettre à profit une propriété de sur/sousperformance successive entre CAC et DAX .


Comment dans ce cas privilégier tel ou tel indice sur une stratégie short ou long ?

Quel est à terme l'avantage à prendre à chaque fois l'indice qui surperforme sur une stratégie long?




La propriété principale à mettre en évidence entre le CAC et le DAX et observée depuis plusieurs années est que , sur un mouvement moyen par exemple de 10% en quelques séances ou semaines , on a une progression non simultanée et non régulière .


On a en effet des périodes courtes où le CAC progresse plus que le DAX (ou inversement)


Je vous ai mis ci-dessous un chart représentant cette évolution de performance entre les 2 indices .


On a alors entre ces 2 indices une représentation quasi sinusoïdale . Tantôt on a un CAC surperformant ( courbe bleue) le DAX (courbe verte). et inversement ...


Mais par observation et par expérience, ces surperformances ne dépassent pas les 1.5 / 2 pts de spread .


C'est-à-dire que depuis un niveau et une date identiques, la performance d'un indice atteint un maximum après un pic aux alentours des 1.5 pt / 2 pts de spread .


Une fois arrivé sur ce niveau , on a une inversion de la courbe et c'est alors au tour de l'autre indice de rattraper son retard .


Un spread de surperformance se calcule de la manière suivante :


On doit fixer une date et un niveau référentiel à partir duquel on va calculer heure après heure et jour et après jour l'évolution en %


Ainsi dans notre exemple ci-dessus c'est 10800 / 4607 le 10 Novembre qui va nous servir de référentiel .


Puis, on doit détecter une 'anomalie', c'est à dire qu'après le 10 Novembre si le DAX peinait à revenir sur ses derniers plus hauts (10800 ici) , alors qu'au contraire le CAC restait à proximité , on pouvait mettre en avant un début de surperformance pour le CAC .(appelons plutot dans ce cas une robustesse du CAC)


On pouvait alors avoir entre le 10 Novembre et le 2 décembre une baisse de 1% pour le CAC contre -1.5% pour le DAX pour une même date de relevé , soit par exemple 4561 contre 10640.


Le spread de surperformance se calcule tout simplement en faisant la différence : ici

1% - 1.5 % = 0.5 pt de spread


On avait ainsi un CAC qui était plus résistant que le DAX .


La question alors qu'on pouvait se poser était la suivante :


Ne peut on pas aller chercher un spread bien plus haut ? cette surperformance est elle déjà finie ou bien au contraire ne peut elle pas se poursuivre ?


Et la réponse à cette question est que très généralement , on doit viser les 1.5 voire 2 pts de spread .


C'est ce qui s'est passé le 2 décembre avec des extrêmes bas à 10400 et 4490 soit respectivement -3.7% pour le DAX et 2.53% pour le CAC .


on avait alors un spread de 3.7 -2.53 = 1.16 pt


A noter que ce spread était de 1.5 quelques heures auparavant et qu'il était très probablement déjà en train de rebaisser .


La Phase 2 et 3 sont des phases de rattrapage de la surperformance .


En effet le DAX reprend 0.7 pts de spread de 10400 à 10740 sur le CAC ( cad 3.3 -2.6) lorsque ces derniers reviennent de 4490/ 10400 à 4607/10740 .


Là aussi pouvait on imaginer que le DAX s'arrête là ?


non

car statistiquement on pouvait légitimement tabler sur 1.5 voire 2 pts de spread .


C'est ce qui s'est passé le 9 Décembre avec des plus hauts atteints à 11230 / 4780 soit au final 8% pour le DAX contre 6.4% pour le CAC


le spread était donc de 8 -6.4 = 1.6 en faveur du DAX .


Si on suppose que 11230 / 4780 sont les plus hauts atteints, ne peut on pas alors imaginer une correction de ce spread et anticiper que le CAC désormais fera mieux ?


par ''fera mieux ' il faut entendre les hypothèses suivantes :


1)ou bien les indices vont poursuivre leur rallye et dans ce cas on peut tabler que le CAC progressera plus que le DAX


2) ou bien les 2 indices vont corriger depuis ces points hauts et dans ce cas, le DAX devrait baisser davantage que le CAC



Quel avantage tirer de cette propriété ?



L'avantage essentiel réside dans le fait qu'on peut :


* chercher à faire mieux sur un seul et même mouvement sur plusieurs séances et ainsi jouer plutot un indice en long avec des contrats futures ou des options

* trouver le timing de retournement de ce spread sitot un extrême atteint à 1.5 -2 pt

* Si on suppose que le DAX surperforme le CAC dans les extensions haussières de moyen terme , on peut supposer alors qu'une fois le spread sur ce niveau des 1.5 / 2pts, alors le mouvement de hausse est terminé .


De là découlent toute une série de stratégies d'arbitrage :


On peut faire du long short : cad que sur une même date de niveau d'indices , on peut Et jouer long sur l'un ET jouer short sur l'autre : on vise sans risque un différentiel de spread .


On peut construire notre arbitrage aussi via des options : en fin de mouvement au 9 décembre par exemple vente de calls DAX et couvrir en futures CAC.


Si on joue une stratégie long depuis un support et alors que le DAX a sousperformé, on peut alors attendre la réaction du CAC sur ce support . Comme le DAX fera mieux par la suite, on compense d'une certaine manière le manque à gagner qu'on a pu avoir en ne jouant pas le support précisément .


Exemple : support sur 4490 sur le CAC le 2 décembre , on suppose que c'est un dernier plus bas , on attend la réaction au-delà des 4535 par exemple (soit 1%) , et on cherche alors tout signal long dans ce cas sur le DAX . Comme on parie sur un spread de surperformance sur le DAX , on compense les 1% de hausse non pris ( entre 4490 et 4535) par une recherche de spread de 1 pt au moins sur le DAX .



Autre remarque également : en cherchant à capter ces spreads de 1.5 / 2 pt on améliore potentiellement sa performance sur le long terme .

Si on suppose qu'on régulièrement des écarts de 1.5 pt , 2 fois par mois , on imagine alors que via cette observation régulière , on peut capter quelques 3 pts de plus .


Sur l'indice CAC 40 cela signifie environ l'équivalent de 120-140 pts gagnés par mois facilement grâce à cette technique.







Analyses des Marchés