Menu
Connexion
Retour aux articles


Salut ,


Peut-être te souviens tu du concours ' les talents du trading ' organisé par Saxo et Beufeumeu , il y a quelques années ?


Le concours mettait en confrontation une dizaine (ou douzaine) de jeunes traders/boursicoteurs/amateurs/professionnels de trading.


L'objectif était de faire fructifier un portefeuille de 10 000 eur.


Etaient pris en compte non seulement la performance de chaque stratégie de chaque candidat, mais aussi l'argumentation accompagnant leurs stratégies .


Et cela semaine après semaine .


J'aimais ce concours, son fond et le message intrinsèque qui y était véhiculé :


' Oui, il faut faire des sous, mais pas n'importe comment '


La plupart des gens retiennent la 1ère partie : gagner de l'oseille .


Mais, on oublie trop vite le 2nd aspect : la construction de la stratégie , cad le 'comment'


Et, c'est bien cela l'essentiel, toute stratégie induisant une modélisation, un process réplicable par la suite et surtout, une marge de progression potentielle .


Alors, la question est assez simple :


Comment faire pour avoir le trade parfait ?


Pardon, je reformule :


' Comment faire pour TENDRE vers le trade parfait ? '


Car tu ne dois par avoir le trade parfait, mais tu dois tendre vers le trade parfait .


Pourquoi ?


Car il conditionne plein de choses, notamment ta psychologie comportementale , ton approche générale en trading et in fine tes résultats .


Précisons ces différences :


Avoir le trade parfait est une gageure , une utopie et un frein à ton trading.


La vérité est que le trade parfait n'existe quasiment jamais .


Il constitue une source de blocage : '' Je ne peux pas trader car je ne sais pas acheter au plus bas ou vendre au plus haut. Je ne sais pas trader car mes signaux fonctionnent dans certaines situations sur certains actifs, mais pas dans d'autres conditions , etc....'' (tel est peut être ce que tu te dis et t'ai dit un jour , et moi le 1er) .


Plus tu veux avoir ce trade parfait et plus tu te limiteras au final , dans la prise de risque (cad l'ouverture, la gestion et la clôture du trade).


En revanche , tendre vers le trade parfait sous-entend une démarche de traders , plus conforme à la réalité du métier, à savoir :

l'obsession de la rigueur

l'obsession du travail bien fait

l'obsession de l'amélioration constante

la gestion de ton risque .


Tu réussiras en trading quand tu accepteras que non seulement ton trading est imparfait, mais en plus DOIT être imparfait , et quand tu sauras gérer tes incertitudes .


Tendre vers le trade parfait revient alors à 2 choses :


1 ) combler un gap entre l'exécution d'un trade réel passé et un trade supposé (et idéalement) parfait .


2) gérer les incertitudes liées à ce gap , afin de réduire ton stress .


On voit ici le paradoxe en trading : tendre vers la perfection sans jamais l'atteindre.


Car si tu l'atteins (en supposant que cela soit le cas), tu risques de ne plus pouvoir faire marche arrière au niveau psychologique et de ne plus pouvoir gérer les incertitudes .


Il existe donc un savant dosage à respecter :


Tendre vers la perfection sans jamais l'atteindre .


et


Gérer au maximum ces incertitudes du trade pris pour réduire son stress .


Un trade peut se définir par :


1) l'argumentation et l'analyse étayant la stratégie


2) le timing d'intervention


3) le niveau d'intervention


4) les modalités d'intervention ( cad options ou futures , effet de levier , money management , etc....)


5) ce que j'appelle le 'confort psychologique' cad l'état psychologique dans lequel tu es dans la gestion de ton trade pris , entre l'ouverture et la clôture : es-tu nerveux, inquiet , stressé, calme, serein, etc..... ? .


Ce point là est toutefois plus difficile à appréhender car fonction des aptitudes de chacun (e).


Restons donc analytique et objectif en ne se concentrant que sur les points 1, 2, 3, 4 avec un exemple récent :


Le big short lié au conoravirus .


Quel était ce trade parfait ?


Ouverture : Un achat de puts échéance Mars CAC40 (strike sous 5500) à 6109 le jeudi 20 février 2020 à 16h45 pour 2-3% de son capital .


Clôture : Un take profit le Jeudi 12 Mars à 16h00 à 4026 .


Résultat final : une multiplication par 400-500 de ses puts


Alors certes , c'est un cas extrême qu'on ne reverra peut-être jamais .


Donc, on s'en fiche de l'avoir ou pas .


Ce qui compte ici, c'est l'attitude, la démarche , les prédispositions que tu dois avoir pour


1) tendre vers cet idéal de trade dans ton trading par la suite, cad chercher à répliquer ces performances à 2 voire 3 chiffres en %.


2) réduire le gap entre ce trade idéal et ton trade passé en le passant au crible , via ces 5 points précédents .


D'où cet article dont le fond est proche de ce que Enzo Ferrari aurait pu formuler :


' La plus belle victoire est celle qui reste à venir ' .


Sous entendu , ne sois jamais satisfait de ton trade et de ton trading, mais cherche l'amélioration constante .


Car c'est dans la gestion de l'incertitude (donc de l'imperfection où tu dois rester) inhérente à tout trade, que tu développes ta psychologie et ta confiance, ainsi que des outils d 'intervention, de money management et de gestion de ton stress .


Avoir le trade parfait, c'est stagner .


Je ne parle même pas de la satisfaction de l'égo, nuisible à tout trader.


En revanche , vouloir le trade parfait , c'est rester dans une dynamique permanente de développement , quelle soit au niveau de ta psychologie , de ta confiance , de ton système d 'intervention , de ton approche analytique et stratégique, etc....


Alors , dans les lignes qui suivent , je te résume ma stratégie short , que tu pouvais suivre sur Twitter ( voir mes tweets sur @David_Linkmann) .


Commençons alors par le commencement .


La base de mes analyses repose sur une approche antechronologique .


Cad que je pars d'une situation finale à x jours /semaines sur laquelle repose une conviction .


Et je scrute alors jour après jour les différentes pièces du puzzle qui permettent de construire ce scénario .


J'ai donc dans un 1er temps une approche grossière . Puis je décape et je dégrossis au fur et à mesure .



Travail N°1 : Tu écris un brouillon, un dessin avec une anticipation grossière.



C'est ce que je t'ai proposé le 22 Novembre.... cad quelques jours après la publication d'une prise de position short (sur des puts échéance Mars 2020) à hauteur de quasiment 1% des fonds gérés par Bridgewater : 1.5 milliards de dollars sur 160 et du 'Barrez-vous' de JL Cussac .


D'ailleurs, il faut n'y voir aucune relation de cause à effet entre ces 2 derniers évènements successifs ...Du moins, c'est ce qu'on peut supposer .(?!?)


L'idée globale de mon anticipation était la suivante :


a) on cherche d'abord des achats sur replis pour viser un haut de range sur 6150-6200 sur le CAC et/ou 13650 sur le DAX


b) puis on cherche des signes de faiblesses possibles annonçant un retournement baissier (profondeur du marché, % d'acheteurs, débuts de baisses importantes sur certains titres, apparition de figures de retournement ,etc...)


c) à partir de là , 'on suppose' que le CAC doit par la suite revenir au moins sous 5500 et cela TANT QUE 6250 n'est pas cassé , cad qu'on cherche un écart d'au moins 700-800 pts entre un supposé plus haut à 6100-6250 et ces 5500 -5400 pts.


Une approche donc dans un 1er temps grossière et brouillonne.


Ce qui ne veut pas dire que les raisons étayant a) et b) sont sans fondement ou qu'on les sort du chapeau .


IL y avait selon moi, 2 raisons essentielles :


1) un écart à 250 séances sur le CAC de 800 pts en période de basse volatilité à 1500 pts en période de haute volatilité . La logique (grossière) était donc :


si 6100-6250 est un supposé plus haut, alors on reverra courant 2020 une zone 800 pts plus bas ( 5500-5400 pts ) voire plus bas si on a un risque systémique ...d'où l'annotation 'écart 700-800 pts' sur les screenshots ci-dessous :


2) la stratégie d'achat sur repli était à suivre en raison des relais haussiers apportés par la hausse supplémentaire des indices US en ce début d'année , les gérants achetant du papier et ayant peur de rater le train de ce rallye .


Je prenais alors le chart du Russell le 6 Novembre dernier pour étayer cette idée :


breakout des 1600 = relais haussiers apportés mécaniquement au CAC DAX = stratégie d'achat sur repli = inutile de se barrer et de vendre .


Ce chart sur le Russell était plus propre : ligne de résistance clairement définie à 1600 et plusieurs tests daily ces dernières semaines.


Donc =grosse probabilité de casser par le haut et d'avoir un report de quelque 150 pts


Ainsi, fallait-il chercher CE TRADE SHORT PARFAIT dès Novembre et ainsi placer des puts CAC ou conduire une quelconque stratégie baissière ?


Non.


Passons alors au travail N°2 : la définition des points N°2,3,4 cad le timing , le niveau et les modalités d'intervention


Travail N° 2 : tu affines ta stratégie en commençant à chercher les 1ères pièces constitutives de ton scénario baissier .


La structure du marché était celle de Janvier /Avril 2015 à savoir un marché non vulnérable, normalisé, haussier visible au travers d'une évolution supérieure à l'enveloppe bollinger à 100 semaines .

Je peux te dire que par expérience, celle-là pour que le marché revienne en -dessous et dans les conditions actuelles de Janvier/ Février, il fallait un risque supérieur ( supérieur même à un regain de tensions apportées par l'élimination d'un général iranien le 3 janvier par un missile US) .


La stratégie était clairement : 'achat sur replis ' les yeux fermés.


Autre point d'importance : on sait que dans ce type de marché , on ne connait pas de retournement avant 2 ou 3 alertes baissières .


Ce n'est donc pas les baisses de Début Décembre ou de fin Janvier qui devaient constituer des 1ers paris baissiers pour viser ces 5500-5400 (voire plus bas ?!?) , mais en outre devaient constituer des 1ers warnings .


A ce niveau là, il convenait alors d'affiner progressivement le niveau d'invalidation de cette stratégie d'achats sur replis .


A partir de début février , je suis donc parti sur une hypothèse de range large de 400 pts entre 5800 et 6200 , cad que grosso modo , le CAC était censé tricoter entre ces bornes .


Restait alors à définir par la suite le sens de sortie ...par le bas... comme pressenti ?


Le travail N°2 consiste donc à chercher des 1ers signes de faiblesse synonymes de retournement du marché


ou bien ils commencent à apparaitre et dans ce cas tu peux commencer à envisager une position short à un moment donné , sur signal ou anticipation par exemple....


ou bien ils n'apparaissent jamais et dans ce cas, courant 2020, on casse par le haut les 6250 et donc tu te trompes sur ton anticipation


Travail N°3 : Tu commences alors à envisager à construire une position short si tu es trader intraday/ swing et tu commences à te barrer du marché si tu es gérant LT ou bien à couvrir ton portefeuille


La règle que tu dois connaitre en trading et en analyse technique est que JAMAIS un marché inscrit dans une tendance forte ne se retourne sans présenter des signes avant coureurs et des structures chartistes de retournement .


Au 14 Février, le CAC non seulement nous a donné 2 alertes baissières de 200-300 pts ( début Décembre et Début Février = 1ers warnings), mais en plus, a présenté une structure hautement dangereuse : la fan line 1,2,3 ( en vert ci-dessous).


D'autre part , le SP500 présente itou un possible rising wedge daily en bleu .(invalidation si breakout des 3400 pts)



Conclusion : le vendredi 14 février cad la veille d'un wknd , avec cette menace grandissante du conoravirus, il était plus qu'essentiel d'engager à minima une position short .


Cad sur le niveau moyen des 6075-80 sur cette séance du 14 février

Travail N° 4 : tu définis enfin ta stratégie et les modalités d'intervention .


La démarche que je te propose est une démarche antechronologique ....


Cad que tu pars d'une situation finale: un simple dessin grossier suffit à poser les grandes lignes de ton anticipation .


Puis, tu cherches progressivement les différentes pièces constitutives de ton scénario ...que ce soit (comme dans cet exemple) pour un swing ou bien pour de l'intraday.


On voit dans cet exemple l'importance du timing et du niveau.


Et c'est surtout là où se situe l'essence de mon article.


Car l'importance de la notion de timing et de niveau est fonction de l'acteur de la finance que tu es .


Et cela va influer sur les points N°4 et 5 à savoir les modalités d'intervention et la gestion psychologique de ton stress .


Précisons :


Si tu es gérant LT, et si tu te barres le 19 Novembre 2019, du marché en vendant tout à 5950, plutôt que le 14 février ou 20 février (trade parfait) à 6075 ou 6110 , cela n'a pas tellement d'importance .


Certes , tu auras peut-être raté le résiduel haussier de 160 pts ( CAC à 6110) ou encore les 10-20% de hausses résiduelles sur certains titres ( Schneider, Air Liquide, le luxe etc...)


Mais, bon, globalement, aujourd'hui à 4000-4300 ou même à 5200-5300 (si on excluait ce cygne noir du coronavirus), tu eus pu te féliciter d'être sorti du marché à 5950 le 19 Novembre .


Tu auras alors vendu tout ou partie , revenir liquide pour reconstituer des lignes acheteuses et donc ton travail de gérant aura alors été fait .


Les notions de timing et de niveau étaient largement secondaires dans ce cas ci.


En clair, tu n'es pas à 3 mois près et à 160 pts près.


Ce qui n'est pas le cas .....quand tu es trader CT ou de MT .


Et c'est là , précisément, que principalement, rentre en jeu cette obsession de rigueur ... précisément sur le timing et le niveau.

Car, plus tu seras imprécis sur ces 2 points et plus tu seras amené à


1) gérer des situations de stress inutile

2) prendre des stratégies de couverture inutiles

3) passer à côté de performances parfois explosives ( je parle en % de ton capital, et non en euros) .


A l'inverse, plus tu te rapproches du trade parfait (timing et niveau) et moins longtemps tu auras à gérer ces incertitudes quant à la réalisation de ton scénario , et plus tu pourras prétendre à des performances supérieures .



La double question est donc la suivante :


1) Comment tu vas répondre alors aux points 4 et 5, à savoir :


a) définir les modalités d'intervention de ta stratégie ( ici baissière sur 6075-80 le 14 février) ...


b) gérer ton incertitude et ton stress inhérent à cette dernière ?


2) Comment intervenir dans ce marché en maximisant le rapport gain /risque et en minimisant le stress ?



Je te donne 4 possibilités :


1ère possibilité : Au niveau psychologique, parce que tu auras été acheteur sur repli constamment entre Novembre 2019 et le 14 février 2020, tu auras pu alors engranger suffisamment de gains pour 'risquer' un achat de puts à hauteur de 2-3% de ton capital .

Si tu te plantes sur cette stratégie, tant pis, tu auras perdu ces 2-3% . Mais psychologiquement, tu ne seras pas stressé ni véritablement atteint .


2nde possibilité : Tu le sais , le trading c'est une affaire de LT.


Sur 5 ans, si tu cherches constamment des baisses de 600-700 pts sur le CAC , (en quelques séances et à partir d'une volatilité à 10-13) tu peux multiplier par 20, 30, 40 ta mise initiale et tu peux avoir 4-5 grands mouvements (disons 1 par an) .


Ainsi, même si tu perds ces 2-3% sur ces puts, tu auras alors une autre occasion dans x mois/semaines .


Clairement , tu peux te tromper 19 fois de suite, la 20ème fois que tu achèteras des puts ( sur ce type de stratégie) , cela peut être la bonne pour non seulement récupérer toutes tes pertes , mais aussi réaliser une plus value .


Cela dit , ce n'est pas le but .

Mais sur le plan mathématique, l'argumentation est vérifiée.


3ème possibilité : tu peux couvrir tes puts en poursuivant tes achats sur replis sur futures . Ce qui signifie que le 14 février sur 6075-80 , certes, tu n'as pas 'le trade parfait' (timing et niveau) , mais tu pallies à cette inefficience et cette imprécision par des mesures de couverture .


Concrètement si tu positionnais le 14 février 2-3% de ton capital sur 6075-80 en puts , tu pouvais chercher à couvrir en achat sur repli au-delà des 6125, si jamais le cac avait la bonne idée d'y aller .


Globalement, on voit que les positions de couverture ne doivent être utilisées que pour combler des incertitudes et sur une FIN DE MOUVEMENT de MT ou LT et non de manière systématique .


4ème possibilité : tu attends un 1er signal de baisse pour en effet acheter ces puts bénis puis tu gères si tu te trompes de timing , en couvrant comme sur la 3ème possibilité .



Je ne suis donc pas généralement pour les puts synthétiques car le confort au niveau psychologique et dans la gestion d'une position peut être apporté par l'une de ces 4 dispositions .

Quand tu n'as pas le timing ni le niveau , oui les puts synthétiques peuvent être une bonne alternative .


Mais, l'exigence et la nécessaire rigueur d'un trader professionnel font qu'on doit à un moment donné se prononcer sur :

1) un timing et niveau précis d'intervention, ainsi que sur

2) l'emploi de stratégies ayant pour vocation à démultiplier par 20,30,40 le rapport gain / risque (cad unachat de puts Mars) d'une position .



On voit ainsi que derrière une anticipation basique ( 'vendez tout' ) , se cachent une disparité d'interventions liée au timing , au niveau et aux modalités, mais aussi et surtout une nécessaire rigueur et que le but de gagner de l'argent implique bel et bien d'autres considérations d'importance .



Je réouvrirai prochainement la plateforme de suivi quotidien et en live de stratégies sur SP500 , CAC, DAX courant Avril .


Je te repréciserai la date .


Tu pourras avoir accès ( comme tu as pu l'avoir sur Twitter) à ces réflexions successives et ces constructions de scénarios calqués sur cette stratégie que je viens de t'expliquer .


L'inscription est gratuite et 'non', je ne te vends rien par la suite, pas plus que je ne te demanderai d'ouvrir un compte chez tel broker .


A tout moment tu peux demander une suppression de ton inscription via la nouvelle adresse si tu le souhaites

livetraders. contact @ gmail . com


En gros je t'enverrai 2-3 mails par mois sur des réflexions ou actualisations de stratégies


That 's all .


à bientôt

David



Analyses des Marchés